Construire son business

20 secondes de courage

par Alicia Simon, dōTERRA Gold

Parler à des étrangers au hasard est bizarrement une de mes forces. Je trouve intriguant d’engager une conversation sur rien avec quelqu’un que je ne connais pas. Cependant, dès que j’ai envie de partager dōTERRA avec un étranger, la voix dans ma tête se met à crier des raisons pour lesquelles je ne devrais pas le faire. Croyez-le ou non, c’est encore pire avec mes proches, ma famille et mes amis.

A combien de personnes avez-vous commencé à parler de dōTERRA, mais en quelques secondes, cette voix intérieure vous en a dissuadé ? Cette voix a peut-être dit : « Ils ne seront pas intéressés », « La dernière personne m’a rejeté », « Ils sont trop occupés », « Je n’ai pas le temps », « Je n’ai pas d’échantillons ou de cartes de visite sur moi », « Je ne suis pas habillé correctement », « Je dois d’abord créer un tableau de tous mes contacts » ou « Je ne sais pas quoi dire ». Cette voix vous empêchera de parler à n’importe qui – amis, famille et surtout ceux qui ne sont pas encore amis.

Maintenant, considérez ceci : En quoi votre vie serait-elle différente si la personne qui vous a présenté dōTERRA laissait sa voix intérieure les empêcher de partager avec vous ? Quel changement de vie cachez-vous à la personne avec qui vous refusez de partager ? Et si vous déteniez la clé pour débloquer la liberté financière de cette personne ?

Chaque fois que je laisse cette voix intérieure m’empêcher de parler et de partager avec quelqu’un, je sais qu’il y a quelque chose en moi qui crée un sentiment de peur et d’inadéquation. Je me souviens très bien d’une époque dans notre entreprise où ma liste personnelle de contacts diminuait rapidement. Chaque fois que je cherchais de nouveaux contacts, j’étais étouffé par cette voix intérieure. Une fois que j’ai réalisé ce qui se passait, j’ai passé un après-midi à m’auto-évaluer et à trouver des réponses aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que j’ai à perdre ? Je n’ai rien à perdre. En fin de compte, j’aurai toujours ma foi, ma famille et mon dōTERRA.
  • Qu’est-ce que j’ai à y gagner ? Si j’entreprends d’établir une nouvelle connexion, je pourrais me faire un nouvel ami.
  • Que dois-je donner ? J’ai le don de mon amitié, de mon leadership et le don de solutions de santé sûres, naturelles et efficaces.
  • Qui en a besoin ? À mon avis, tout le monde.
  • Dois-je le prendre personnellement s’ils disent non ? Ils ne me disent pas non, et peut-être même pas non. Ils disent peut-être : « Pas maintenant », « J’ai besoin de plus d’informations », ou « J’ai d’abord besoin d’une connexion du cœur. »
  • Suis-je prête ? Je le suis si j’ai l’état d’esprit (je grandis chaque jour grâce au développement personnel), l’ensemble d’outils (je suis rempli d’échantillons, de documents, de sites Web, de cartes d’affaires, d’invitations, etc.) et les compétences dont j’ai besoin (je suis connecté à un système qui a fait ses preuves et j’apprends avec des mentors géniaux et un directeur de compte).
  • Qu’est-ce qui me motive ? Suis-je émue par mon pourquoi, ou suis-je émue par la peur de perdre quelque chose ou de ne pas être à la hauteur ?
  • Quelles sont mes intentions ? Est-ce que j’essaie de respecter un quota de deux contacts par jour ou est-ce que je cherche sincèrement à changer une vie ?

Lorsque j’ai terminé mon auto-évaluation, j’ai réalisé que ce sont mes croyances et mes peurs limitantes qui bloquaient mes nouvelles connexions. Un ami m’a partagé cette citation qui dit : « La peur fait un commentaire sur ce que vous voyez avant même de le vivre. La peur trouve des preuves à l’appui de ce qu’elle veut vous faire croire. La peur ment. » C’était à moi de changer mes croyances, de nourrir ma foi et d’affamer la peur, et de reprogrammer ce que la voix intérieure disait à cela : « Je n’ai rien à perdre et tout à gagner. On m’a confié un cadeau inestimable, non pas pour me serrer les poings, mais pour être partagé généreusement avec tous. Quoi qu’il arrive, je suis prête, et je suis prête à me faire un nouvel ami aujourd’hui. »

Une de mes récentes vénérations a utilisé une phrase du film We Bought a Zoo qui m’a mis au défi de partager sans crainte ma foi avec tous ceux que je rencontre. Benjamin Mee, joué par Matt Damon, dit à son fils : « Tu sais, parfois il suffit de 20 secondes de courage fou. Juste 20 secondes de bravoure embarrassante. Et je vous promets qu’il en sortira quelque chose de grand. »

Lors d’un vol du vendredi matin, il y a deux ans, j’ai décidé d’exercer 20 secondes de courage et d’interrompre une conversation que deux dames avaient sur le siège qui se trouvait devant moi. Une de ces deux dames était Sharon McDonald, dōTERRA Blue Diamond. Et si je n’avais pas dit un mot ? Et si au lieu de cela, je m’asseyais là et laissais ma voix intérieure me garder en silence ? J’ai parlé et quelque chose de grand en est sorti. S’il n’y avait pas eu 20 secondes de courage fou, je ne serais peut-être pas à dōTERRA aujourd’hui. Je n’aurai peut-être pas le plaisir d’avoir de belles relations avec des hommes et des femmes extraordinaires, une équipe grandissante de leaders exceptionnels, et je n’aurai peut-être pas le plaisir de changer de vie et de faire l’école à la maison pour nos enfants tous les jours, côte à côte avec mon mari. Simplement 20 secondes de courage ont changé nos vies pour toujours. Qu’est-ce que cela va faire pour vous ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s